Bientôt des taux zéro pour les grandes entreprises ?

Oui, les entreprises se font désormais payer pour emprunter sur les marchés.

Après Deutsche Bahn en juillet dernier, le géant pharmaceutique français Sanofi a emprunté en septembre dernier 1 milliard d'euros jusqu'en janvier 2020 à un taux de -0,05%. Ce fut ensuite le tour du groupe allemand de la grande distribution Henkel de souscrire lui aussi un crédit de 500 millions d'euros sur deux ans, au taux identique de -0,05%.

Un investisseur gardant les titres jusqu'à leur échéance est donc assuré de perdre de l'argent…

Cette tendance est la conséquence du rachat massif d'obligations souveraines et d'entreprises par la BCE (Banque Centrale Européenne) qui fait ainsi chuter le coût de financement des entreprises. Les émissions obligataires à taux négatifs pourraient donc se multiplier.

Alors pourquoi des PME empruntent-elles à des taux plus onéreux via le crowdlending?

Les PME qui se tournent vers le crowdlending disposent en général de peu d'alternatives au crédit bancaire.

Bien que les banques offrent à ces dernières des taux qui oscillent actuellement entre 2% et 4% l'an, les établissements bancaires présentent également les inconvénients suivants:

• ils imposent systématiquement l'octroi de garantie, parfois de cautions personnelles

• ils privilégient les entreprises d'une certaine taille

• le délai d'obtention des fonds excède souvent 1 mois

En comparaison, le crowdlending permet aux PME:

• d’avoir des financements non garantis, ce qui permet d’obtenir plus aisément un financement bancaire complémentaire

• de financer des PME qui ont des besoins entre 100 000 euros et 1 million d’euros

• d'obtenir le financement souhaité en quelques jours