Des milliers d'emplois menacés dans le secteur bancaire

Les annonces de suppression d’emplois dans les établissements financiers ne cessent de tomber : HSBC (400 postes en France), AXA Belgique (500 postes), ABN AMRO (1.400 postes), Commerzbank (1 000 suppressions annoncées), au royaume des banques, la Suisse, c’est 3.500 postes qui ont été supprimés en 1 an. Quant à ING, qui emploie 52 000 personnes, elle serait sur le point d’annoncer des suppressions massives de postes, dont 3.000 en Belgique…

Au total ce sont 20.000 emplois qui ont été supprimés dans les banques belges sur les 15 dernières années.

Le malheur des uns faisant souvent le bonheur des autres, ce serait le secteur des Fintech qui en tirerait son épingle du jeu. Mais quelles sont les principales causes de cette hécatombe?

Pourquoi les banques réorganisent-elles leurs activités?

  1. La banque en ligne: près de la moitié des agences bancaires ont disparues depuis les années 2000. Les clients ont pris l'habitude de gérer leurs comptes online.

  2. L'augmentation de la réglementation: la crise a eu comme conséquence de renforcer les contraintes en termes de fonds propres et de compliance. Les taxes bancaires ont également été multipliées par 10 sur la dernière décennie.

  3. Des taux historiquement bas: cette conséquence de la politique monétaire menée par la BCE empêche les banques de conserver une marge suffisante.

  4. Une digitalisation croissante: les Fintechs sont de plus en plus nombreuses. Agiles, elles prennent de plus en plus de parts de marché aux établissements bancaires traditionnels.