La Blue Economy

Connaissez-vous le modèle économique de la Blue economy ? Il s’agit d’un concept conçu par l’entrepreneur belge Gunter Pauli basé sur l’économie circulaire qui considère les déchets comme dotés de valeur.

Ce secteur intéresse de plus en plus les acteurs du financement participatif. La semaine dernière, deux sociétés de la Blue Economy, Astradec et Theys ont fait appel au crowdlending. Ces deux groupes spécialisés dans la collecte et la valorisation des déchets recherchaient des fonds pour se financer.

Mais, concrètement, comment s'applique la Blue Economy ?
Découvrez un exemple d’application intéressant de ce concept.

Quel lien existe-t-il entre le carton usagé et le caviar ?

Pour bien nourrir un esturgeon, il faut des lombrics qui coûtent très cher. En effet, un kilo de lombrics vaut plus cher qu’un kilo de veau. Or Il faut entre 10 et 15 kg de lombrics pour produire 1 kg de caviar !

Mais si vous disposez gratuitement de cartons, vous avez les lombrics gratuits. Explications…

On donne le carton récupéré dont personne ne veut (le déchet) à des écuries ou des haras. Celui-ci remplace avantageusement la paille des padding pour les chevaux (moins allergène). On le récupère quelques temps après avec du crottin. Les lombrics sont garantis !

L’opération est doublement positive car en plus de disposer de lombrics d’excellente qualité, on vous a rémunéré tout au long de la chaîne de transformation (enlèvement des cartons, fourniture de padding, enlèvement de ce dernier une fois souillé). Autrement dit le coût de votre matière première est négatif ! Vous obtenez ainsi une rentabilité inégalée dans la filière du caviar.

Ce projet avait été conçu à l’origine au profit d’un centre de toxicomanes au Pays de Galle. L’idée était de leur trouver une activité pour les distraire du sevrage. Au terme d’un partenariat raté avec une boutique de pêche, l’équipe s’est retrouvée avec une énorme quantité de lombrics dont elle ne savait pas quoi faire. La Blue Economy, qui ne voit pas ce type de situation comme un problème mais comme une opportunité, s’est penchée sur la question jusqu’à trouver cette idée de caviar.