Présidentielle française et financement participatif

Les résultats du dimanche 23 avril 2017 ont confirmé la tendance annoncée par les sondages : les deux favoris des pronostics, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, se qualifient pour le second tour de l’élection présidentielle.

Les marchés financiers semblent rassurés par cette annonce puisqu’au lendemain des résultats ils sont repartis à la hausse.

Le financement participatif a été un sujet abordé directement ou indirectement durant la campagne. Voici un rapide tour d’horizon des mesures envisagées par les deux finalistes.

Tour d’horizon des mesures envisagées par les deux finalistes

Emmanuel Macron

Instauration d’un impôt (prélèvement forfaitaire) unique de 30% sur la plupart des placements (dividendes, intérêts, loyers, plus-values…)

L’impôt sur la fortune (ISF) serait remplacé par un « impôt sur la rente immobilière » dans lequel la part qui finance l’économie réelle (détention d’entreprise ou d’actions) ne serait plus imposée.

Marine Le Pen

Rénovation de l’ISF pour une « juste contribution fiscale » ;

Abrogation de la directive européenne sur L’Union bancaire et la disposition de la loi Sapin II, afin de permettre une meilleure sécurité des dépôts et de l’épargne des français.