Les cryptomonnaies, entre euphorie et méfiance

Les monnaies virtuelles ont connu un fort ralentissement depuis le début de l’année. Elles semblent désormais se stabiliser mais restent disponibles sur un marché à part pour les investisseurs.

Depuis le début de l’année, le bitcoin a chuté de plus de près de 75%, s’établissant aujourd’hui à environ 5.760 dollars. Au plus haut de la bulle sur cette monnaie virtuelle, en décembre dernier, le bitcoin avait flirté avec les 20.000 dollars.

Un marché fragmenté

Le marché des cryptomonnaies ne cesse de croître, atteignant le 23 août dernier, 186.837 milliards d’euros dans le monde, selon le site Coinmarketcap. En tête et de loin, le bitcoin qui atteint un encours de près de 100.000 milliards d’euros suivi de l’Ether qui s’approche des 25.000 milliards. Un marché qui on le voit est très disparate et qui ne cesse de voir apparaitre de nouvelles monnaies. Ainsi, le Tether, créé en août, a généré près d’un demi-milliard de dollars de nouvelle monnaie.

Difficile donc de parler d’un marché unifié des cryptomonnaies. Les investisseurs ne s’y trompent pas, ces devises virtuelles restent pour l’heure des investissements plus spéculatifs qu’autre chose. Preuve en est l’absence de compromis sur l’évolution des monnaies virtuelles ces prochains mois. Pour certains analystes, le bitcoin pourrait dégringoler jusqu’à 3.000 dollars dans un an avant de se ressaisir et atteindre 160.000 dollars en 2023. A plus court terme, cet autre analyste japonais prévoit un bitcoin à 9.000 dollars en octobre prochain. On le voit, les anticipations sont on ne peut plus variées et sans consensus sur l’évolution même du bitcoin.

La banque Suisse, UBS, quant à elle, propose une autre approche du bitcoin. Selon elle, le cours du bitcoin devrait atteindre 213.000 dollars pour pouvoir égaler les 3.630 milliards de dollars en circulation dans le monde. Il est donc encore bien loin de s’imposer comme une véritable monnaie d’échange et d’arriver au niveau du dollar américain.

Les initiatives officielles s’accélèrent

Même si le bitcoin est loin de s’imposer sur le marché des changes comme concurrent du dollar, il n’empêche que la monnaie virtuelle aiguise les appétits des investisseurs. Et les marchés financiers l’ont bien compris. En effet, ICE (Intercontinental Exchange), la maison mère du New York Stock Exchange, la plus grande place boursière au monde, a décidé de lancer dans quelques mois, une plateforme permettant d’acheter, vendre, dépenser et stocker des crytpomonnaies.

Qu’une crytptomonnaie soit utilisée comme devise lié à un produit financier n’est pas vraiment nouveau. La Bourse de Chicago avait lancé de contrats à terme l’an dernier. Avec ces produits, les investisseurs peuvent parier sur l’évolution future du bitcoin. C’est loin de ce que souhaite proposer ICE. La plateforme proposerait en effet des livraisons physiques en bitcoin, c’est-à-dire des paiements en cryptomonnaies et non en monnaie traditionnelle. Cela devrait ainsi contribuer à faire entrer sur le marché les échanges en bitcoin mais aussi de booster la demande en cryptomonnaies.

Reste que les autorités de marchés sont toujours aussi réfractaires à approuver des produits financiers en cryptomonnaies. La SEC, le gendarme de la Bourse américain, a ainsi rejeté récemment la création de 5 produits libellés en bitcoin, justifiant le risque de fraude et de manipulation des marchés. Comme souvent, les marchés sont prêts à accueillir ces produits, mais les autorités restent frileuses à la nouveauté.